Home » Quelle tumeur donne des vertiges ?

Quelle tumeur donne des vertiges ?

by Marine Lamiaux
Quelle tumeur donne des vertiges

Peuvent ainsi s’observer des maux de tête augmentés lors d’efforts, classiquement plus violents le matin, des nausées voire vomissements, décrits comme rapides, en jets, des troubles de la vision, à type de vision double ou flou visuel. Ces symptômes sont inconstants et peuvent ne pas être tous présents, en fonction de la rapidité d’installation de la tumeur.
Ils apparaissent le plus souvent au réveil et s’accompagnent de nausées, voire de vomissements. Les personnes qui ont ressenti ces maux de tête les décrivent parfois comme étant différents des maux de tête courants ou des crises de migraines.
Le premier signe le plus connu est les maux de tête, des maux de tête inhabituels et les maux de tête qui ne passent pas avec un traitement antalgique surtout lorsque les maux de tête sont associés à des vomissements ou associés à des troubles neurologiques (difficultés à parler, difficultés à faire des gestes habituels du quotidien, difficultés à boutonner sa chemise, des difficultés d’équilibre…).
Fréquemment, c’est la nature inhabituelle de ces maux de tête qui amène le patient à consulter son médecin traitant et qui est à l’origine du diagnostic de tumeur du cerveau. Les crises d’épilepsie liées aux tumeurs du cerveau

Les tumeurs du cerveau peuvent entraîner des crises d’épilepsie chez une personne qui n’en a jamais connues auparavant.

Quels sont les signes d’une tumeur

Quels signes généraux peuvent révéler un cancer ?
Il faut être particulièrement vigilant à partir de 50 ans, car c’est à partir de cet âge qu’on est le plus susceptible de développer un cancer.Quels sont les signes d’alarme ?

Un cancer peut se manifester de différentes façons selon la nature et le siège du tissu atteint.

Avant que des symptômes liés à la prolifération de cellules cancéreuses apparaissent, il peut se passer des années. Les premiers signes d’un cancer apparaissent donc généralement lorsque la maladie est déjà installée.

Les réponses avec le Pr. Gilles Freyer, cancérologue au CHU de Lyon : « Des signes multiples peuvent être précurseurs d’une tumeur au cerveau. Il s’agit de signes en rapport avec le fonctionnement cérébral et cognitif (capacité à réfléchir).

D’où l’intérêt d’écouter son corps et les signaux qu’il peut envoyer sans attendre que la maladie ne gagne plus de terrain, mais aussi de consulter régulièrement pour se faire dépister en cas de risques. « Le dépistage permet en effet de diagnostiquer tôt certains cancers, avant l’apparition de symptômes, et de mieux les soigner.

Quelles sont les particularités des vertiges d’origine neurologique tumeur cérébrale

« Il existe deux causes de vertiges centraux, c’est-à-dire dont l’origine se situe dans le cerveau lui-même :l’accident vasculaire cérébral et la tumeur. Toutefois, dans ces cas, la plupart du temps, on assiste plus à des pertes d’équilibre qu’à de vrais vertiges », souligne le Dr Jean-Marc Juvanon, médecin ORL.

A LIRE  Qui vieillit le plus vite l'homme ou la femme ?

Et si les vertiges sont associés à l’examen neurologique à d’autres symptômes, cela devrait pousser cette personne à explorer et éventuellement faire des examens plus approfondis pour découvrir la cause de ses vertiges. « Les vertiges traduisent un trouble de l’équilibre et on sait que l’équilibre est commandé non seulement par le cervelet mais aussi par l’oreille interne.
Le tiers des vertiges a une origine centrale: traumatisme, migraine, pathologie du cerveau ou du cervelet, tumeur, sclérose en plaques, etc. Premier objectif: les repérer et adresser les patients au neurologue qui traitera la maladie responsable. «Un vertige d’origine ORL ne s’accompagne jamais de signes neurologiques.

Les réponses avec le Dr Ryad Djedid, neurochirurgien : « Les vertiges ne sont pas forcément le signe d’une tumeur cérébrale. Avant de coller des vertiges à une tumeur cérébrale, il faut un examen approfondi, un examen fait par un spécialiste. Dans ce cas, il faut se tourner soit vers un ORL, soit un neurochirurgien.

Ainsi, par exemple, certains migraineux peuvent se plaindre de vertiges qui seront alors considérés comme centraux, alors qu’ils sont parfaitement bénins.Vertiges : quels examens réaliser ?

Outre l’observation d’un éventuel nystagmus, le médecin ORL, procède à d’autres examens en cas de vertiges.

On distinguera deux types de symptômes en rapport avec une tumeur du cervelet. D’un côté, des symptômes en rapport avec l’atteinte du cervelet, regroupés sous le vocable de syndrome cérébelleux comme une incoordination des mouvements, des troubles de la marche, des troubles de l’équilibre, des tremblements et des vertiges.

Quels sont les cancers silencieux

Le cancer, ce tueur silencieux

Certains cancers sont dits silencieux. Ils ne présentent aucun symptôme jusqu’à un stade avancé de la maladie. Le diagnostic est donc tardif, ce qui a un impact sur les chances de guérison.

Le cancer du poumon, le cancer de l’ovaire, le cancer colorectal, les cancers du col utérin ainsi que le cancer du sein, peuvent tous passer inaperçus par les patients jusqu’à ce qu’ils soient très avancés, au stade 3 ou 4. Ces tumeurs sont souvent définies comme les cancers de «stade tardif».
Quels signes généraux peuvent révéler un cancer ?
Quels sont les symptômes du cancer colorectal? Le cancer colorectal, un cancer silencieux

A LIRE  Quelle est la phrase la plus triste ?

Bien souvent, le cancer colorectal se développe de manière silencieuse, sans symptôme. C’est principalement le cas des cancers localisés au niveau du côlon droit et transverse. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, le cancer est alors déjà évolué.

Certains cancers sont dits « silencieux ». En d’autres termes, les personnes qui en sont atteintes ne peuvent s’en douter, jusqu’à l’apparition de symptômes réellement handicapants. C’est notamment le cas du cancer de l’ovaire. À lire aussi : Hypothyroïdie : les 8 signes qui doivent vous alerter

Quels sont les signes d’un potentiel cancer ?

CHICAGO, 14 juin (APM) – Le cancer de l’ovaire, baptisé le « tueur silencieux » en raison de sa détection souvent trop tardive, provoque pourtant des symptômes manifestes que les médecins et les patients doivent apprendre à observer et reconnaître, estiment des spécialistes américains.

Rendre la maladie « visible »

Si elle ose en parler aujourd’hui, c’est pour « démystifier et rendre cette maladie visible ». Mais surtout pour pousser les autres à se faire dépister et à prendre ce cancer de vitesse.

Est-ce qu’une tumeur au cerveau se voit sur une prise de sang

Ces crises sont plus fréquentes lorsque la tumeur se développe à la surface du cerveau.
Classiquement on peut dire que les maux de tête, les troubles visuels (anomalies du champ visuel, vision double), des troubles de la mémoire ou des difficultés à se concentrer… peuvent être précurseurs d’une tumeur au cerveau. Mais il n’y a aucun symptôme spécifique.
Ils dépendent du volume de la tumeur, de la vitesse à laquelle elle se développe et surtout de son emplacement.

Ces symptômes ne sont pas spécifiques des tumeurs cérébrales. Ils peuvent avoir d’autres causes.

La crise est parfois accompagnée d’une perte de mémoire immédiate (la personne ne se souvient pas d’avoir fait une crise). Les troubles fonctionnels liés aux tumeurs du cerveau

Lorsqu’une tumeur perturbe le fonctionnement d’une région du cerveau, les troubles qui apparaissent varient selon les fonctions contrôlées par la zone touchée.

Ils sont la conséquence de l’augmentation de la pression intracrânienne due à la croissance de la tumeur dans le cerveau.
Par exemple, une tumeur qui se développe dans la zone du cerveau chargée de l’analyse des informations visuelles entraîne des troubles de la vision.

A LIRE  Quel est le plus gros défaut du capricorne ?

Généralement, c’est l’apparition de symptômes qui permet de suspecter la présence d’une tumeur du cerveau. « Je suis rentrée de vacances plus tôt parce que j’avais des maux de tête différents de d’habitude. Je suis tout de suite allée voir mon médecin traitant. C’est lui qui a demandé le premier scanner, où on a vu qu’il y avait quelque chose.

Comment savoir si on a un cancer de la tête

S’il suspecte un cancer de la tête et du cou, le médecin interrogera alors sur une exposition à plusieurs facteurs de risque. Un bilan complet sera fait par des médecins de différentes spécialités, notamment oncologue, otorhino-laryngologiste (spécialiste de l’oreille, du nez et de la gorge) ou stomatologue (spécialiste des maladies de la cavité buccale et des dents).

L’examen clinique

Le médecin interroge le patient : il récapitule avec lui son histoire médicale, ses antécédents familiaux et les signes cliniques qui pourraient faire suspecter une tumeur au niveau du cerveau. Ensuite, il pratique un examen clinique.

Les spécialistes s’appuient sur le type de cancer, sa localisation, sa taille et son extension pour mettre en place un traitement et établir un pronostic » explique le neuro-oncologue« Il y a deux façons de découvrir un cancer du cerveau : soit un événement aigu qui fait se rendre aux Urgences, la plupart du temps il s’agit d’une crise d’épilepsie.
L’essentiel sur les cancers de la tête et du cou

Les cancers de la tête et du cou, aussi appelés cancers de la sphère ORL (oto-rhinolaryngée) ou cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS), touchent plusieurs organes de la bouche et de la gorge.

Les médecins parlent alors de suspicion de tumeur, pour avoir confirmation, un neurochirurgien réalise une biopsie ou une chirurgie » décrit le neuro-oncologue. « Une fois le diagnostic établit, différents médecins spécialistes, neurologues, oncologues, neuro-chirurgiens se rencontrent afin d’établir ensemble une ligne de conduite pour le traitement » explique notre interlocuteur.
Une masse palpable ou une lésion ulcérée avec un œdème ou une douleur au niveau du site principal après traitement suggère fortement une tumeur persistante. Ces patients ont besoin d’un complément d’exploration par TDM (avec des coupes fines) ou par IRM.

La douleur est un symptôme fréquent dans les cancers de la tête et du cou et doit être prise en charge de manière adéquate.

Vous aimeriez aussi

Notre site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accept Lire