Home » Quand le silence est une punition ?

Quand le silence est une punition ?

by Marine Lamiaux
Quand le silence est une punition

La personne qui a recours au silence comme punition le fait généralement parce qu’elle n’a pas d’autres ressources psychologiques pour faire face à la situation. Le silence est sa réponse pour plusieurs raisons : Il croit que son interlocuteur ne l’écoute pas, qu’il n’est pas ouvert à son point de vue et utilise le silence pour « forcer » l’autre à l’écouter.

De nombreuses personnes utilisent le silence comme arme psychologique, comme outil pour exprimer leur colère, leur mécontentement ou simplement pour punir les autres. De cette façon, lorsqu’ils se mettent en colère, ils « punissent » les autres en arrêtant de leur parler. Est-ce une bonne stratégie ? Qu’y a-t-il vraiment derrière ce genre de silence?Pourquoi certaines personnes réagissent-elles aux conflits par le silence ?

En fait, peu à peu s’établit une relation de manipulation émotionnelle dans laquelle la personne est soumise par le silence. Il ne fait aucun doute que le silence peut avoir plusieurs significations, mais l’utiliser comme punition implique une attitude passive-agressive. Autrement dit, arrêter de parler à une personne est une agression voilée.

Le silence est sain quand il y a beaucoup d’excitation et qu’il est nécessaire de faire une pause au lieu d’aggraver ce qui arrive. Mais quand il est utilisé comme un moyen de contrôle ou de punition, il devient alors un abus. Personne ne doit permettre aux autres, de manière passive, de l’ignorer, du moins sans explication.

Cela signifie que la personne qui se tait n’est pas intéressée à résoudre le conflit par le dialogue, mais veut simplement que l’autre personne accepte son point de vue. L’utilisation du silence comme punition implique une attitude manipulatrice et agressive

Utiliser le silence comme arme psychologique pour punir quelqu’un est une attitude enfantine qui ne résout rien, car même s’il procure une gratification égoïste à ceux qui l’appliquent, il laisse un goût amer dans la bouche de l’interlocuteur et laisse également des traces dans la relation.

La punition par le silence est une forme de violence psychologique dans les relations interpersonnelles. Que faire si vous êtes victime d’indifférence ? Il est vrai que dans la vie, nous sommes confrontés à des situations où le silence est notre meilleur allié.

Quels sont les pouvoirs du silence

Les pouvoirs du silence

Chacun de vous a son propre rapport au silence ou plutôt aux silences car ils sont multiples. Le silence de la méditation n’est pas celui de « l’ange qui passe ». Celui qui accompagne un regard aimant, n’est pas celui qui clôture une conversation animée.

Il a souvent un pouvoir plus grand que les mots, notamment lorsqu’il s’agit de choses indicibles. Le silence est multiple : il peut signifier la paix, la tranquillité, le bonheur, la peur comme l’ennui. Certains redoutent les silences qu’ils trouvent inconfortables, parfois même paralysants. Il est parfois vécu comme un vide angoissant, comme un non-être. Pour d’autres, le silence est art, une richesse attendue.

Il est au coeur du bonheur que l’on recherche tant. En réalité, le silence peut se révéler très puissant. Il bénéficie d’une force et d’une particularité : c’est dans le silence qu’émerge la véritable réflexion, c’est dans le silence que l’on se ressource, que l’on se recentre sur soi-même. Le silence est aussi une arme redoutable.

Si le silence peut s’avérer angoissant pour certaines personnes, il a des vertus insoupçonnées tant sur le corps que sur l’esprit pour qui sait en trouver le chemin. L’impact du silence sur la santé n’est pas négligeable. Il permet de se débarrasser de beaucoup de tensions et favorise la concentration et la créativité.

Le silence est souvent considéré comme un acte de maturité, qui vaut plus que de nombreuses paroles dites sans fondement ou sans logique. Face à certaines situations où nous sommes confrontés à parler ou ne pas parler, le silence nous offre quelques minutes de réflexion profonde pour s’écouter et prendre les bonnes décisions pour nous-même et pour les autres.

A LIRE  Qui a été le grand amour de Romy Schneider ?

Pourquoi le silence est gênant

Pourquoi un silence gênant est-il si gênant ? Pourquoi les pauses prolongées dans les conversations nous mettent-elles mal à l’aise ? Beaucoup d’entre nous préfèrent parler à quelqu’un plutôt que de risquer une crise d’air atroce.

Sans même parler d’un silence parfait, les moments de silence sont très rares lors de réunions ou de rendez-vous. Notre perception négative du silence nous conduit instinctivement à reprendre la parole avant même qu’un silence ne s’installe. C’est ainsi qu’au cours d’une discussion, on reprend parfois la parole avant que notre interlocuteur ait complètement terminé de parler.

Comment réagir face au silence de l’autre ? 

Pas évident de réagir face au silence de l’autre : selon nos caractère et notre état d’esprit, ce silence peut vite nous faire sortir de nos gonds ! Or, nous devons apprendre à respecter le silence, à comprendre qu’il s’agit d’un mode de communication qui va au-delà des mots.

Un silence dans une discussion, un silence dans une réunion, est inconsciemment perçu comme un moment de gène, d’angoisse. Le silence, c’est le vide, tout l’inverse de ce qui doit se dérouler dans une réunion ou un rendez-vous. Comme le silence est inconfortable, spontanément sans s’en rendre compte, votre interlocuteur reprendra la parole, pour combler ce vide qu’il appréhende.

Le silence est souvent utilisé pour  capter l’attention et l’intérêt des auditeurs, mais il peut aussi suggérer une méconnaissance du sujet abordé (particulièrement redoutée par ceux qui souffrent d’ anxiété sociale).  

Les interruptions de conversation sont ce qui se rapproche le plus des « silences gênants ».

C’est un truc que je comprends ps pourquoi aujourd’hui 99% ont peur du silence des une conversation, surtout avec une fille. Pourquoi aujourd’hui le silence est il devenu gênant c’est du à quoi ? Perso j’adore les moments de silence certaines fois. Et je n’éprouve aucune gêne pas obliger de combler les « blancs ».

Est-ce que le silence est un message

De l’absence totale de mots au bruit du néant, de l’absence de mots sans pour autant être absence de communication, entre l’explicite et l’implicite, entre le dit et le non-dit, entre silence forcé et silence souhaité, précurseur d’insécurité ou symbole de confort, le silence revêt tant de significations qu’il fait aussi peur qu’il fascine.

Il a souvent un pouvoir plus grand que les mots, notamment lorsqu’il s’agit de choses indicibles. Le silence est multiple : il peut signifier la paix, la tranquillité, le bonheur, la peur comme l’ennui. Certains redoutent les silences qu’ils trouvent inconfortables, parfois même paralysants.

Si de prime abord, parler de silence nous renvoie à l’introspection lors d’une méditation ; une autre définition nous explique que le silence est, dans son sens originel, l’état de la personne qui s’abstient de parler. Ce n’est pas pour autant un mutisme.

Le silence est-il synonyme d’angoisse ou de mort dans notre subconscient ?  Il renvoie chacun à son rapport avec le néant, l’inconnu, l’indicible, voire la solitude et parfois la mort, cette impensable infinitude. L’être humain n’aime pas le vide et dès qu’il s’y confronte, il se sent « contraint » de le combler. Cette « béance de communication » lui paraît pesante, troublante voire gênante.

Faire silence, c’est se rendre disponible pour les paroles des hommes et des femmes qui peuvent nous transmettre un savoir. Le silence est la condition de l’apprentissage. C’est l’état d’esprit qui réalise ses faiblesses, ses insuffisances, qui a soif d’apprentissage. C’est en bref faire preuve d’humilité. Celui ou celle qui veut s’instruire doit avant tout se taire, écouter et observer.

A LIRE  Le regard fixe entre un homme et une femme : décryptage d'un langage silencieux et puissant

Comment réagir face au silence de l’autre ? 

Pas évident de réagir face au silence de l’autre : selon nos caractère et notre état d’esprit, ce silence peut vite nous faire sortir de nos gonds ! Or, nous devons apprendre à respecter le silence, à comprendre qu’il s’agit d’un mode de communication qui va au-delà des mots.

Lors d’un conflit, le silence est aussi une forme d’attaque : on refuse de s’exprimer pour déstabiliser l’autre, parfois pour être certain(e) que ses mots ne seront pas utilisés contre soi, ou tout simplement car on ne souhaite pas se laisser envahir par les émotions en parlant : le silence devient alors la forme de communication la plus rationnelle. 

Quand le silence parle plus que les mots

Il y a des silences qui font du bruit. Se taire est une espèce de solitude. Certaines choses sont mieux non dites. À trop parler, on finit par trop se confier. Parler c’est semer. Écouter c’est récolter. Le silence est un texte difficile à interpréter.Ceux qui parlent le moins entendent le plus. Le meilleur des derniers mots, est de se taire.

Comment réagir face au silence de l’autre ? 

Pas évident de réagir face au silence de l’autre : selon nos caractère et notre état d’esprit, ce silence peut vite nous faire sortir de nos gonds ! Or, nous devons apprendre à respecter le silence, à comprendre qu’il s’agit d’un mode de communication qui va au-delà des mots.

Il y a plus de sagesse dans nos silences que dans nos paroles. Un silence éloquent vaut toujours mieux que des mots insensés. Si tu ne peux pas parler en bien d’une personne, n’en parles pas. Nos moments de silence donnent plus de valeur à ce que l’on dit. Les gens intelligents refusent de parler quand ils n’ont rien à dire.

On ne doit cesser de se taire, que quand on a quelque chose à dire qui vaut mieux que le silence. Parfois, il est préférable de taire certaines choses à une personne qui n’est pas prête à les entendre. Un être humain a besoin de deux années pour apprendre à parler, et de toute une vie pour apprendre à se taire.

Le silence est douloureux pour chacun(e) : pour le ou la mutique, c’est une façon de se protéger ; pour l’autre, c’est comme une trahison, un manque de confiance.  Lorsque le silence se fait trop présent et que vous sentez qu’il pourrait dériver sur une dispute, préférez vous taire à votre tour et vous éloigner si nécessaire. 

Selon les personnes et les situations, le silence peut vouloir dire énormément de choses. En couple, si un membre a tendance à être silencieux, il vous faudra comprendre mieux son caractère afin de découvrir ce qui se cache sous ses silences et d’apprendre à gérer la situation comme il faut.  Contrairement aux idées reçues, le silence est bien une forme de communication !

Rencontrer l’autre demande de faire le silence en soi afin d’écouter vraiment. Quand on parle beaucoup, on dit presque toujours ce qu’il ne faudrait pas dire. Celui qui ne sait pas se taire, ne sait pas non plus se comporter avec sagesse. Il y a des silences qui en disent long comme il y a des paroles qui ne signifient rien.

Comment casser un silence

Le recours au silence peut être une manière d’essayer de contrôler les problèmes dans votre relation.

Que se passe-t-il si je dis à mon partenaire ce qui me dérange et qu’il s’en fiche ? N’oubliez pas que le silence peut être plus toxique pour une relation qu’un conflit. Cela n’a vraiment pas sa place dans une relation saine. Donc, avant de terminer votre relation, faites de votre mieux pour briser le mur de silence.

A LIRE  Quand le silence fait mal ?

Pourquoi le silence s’installe dans un couple ? Pourquoi avons-nous peur de briser le silence ? Pourquoi ne faisons-nous pas ce premier pas avant que la relation termine mal ? Avez-vous l’impression qu’un mur de glace s’est lentement érigé entre vous et votre partenaire ? Un silence glacial, des interactions polies sans substance. Un bisou sur la joue, mais pas de chaleur, pas d’affection.

Vous pouvez craindre ce qui se passera si vous commencez à parler de certaines des choses qui doivent être discutées. Au lieu de créer un conflit, vous choisissez de garder le silence. Le problème, c’est que vous finissez par mener votre relation dans un état de stagnation. La communication ente vous est coupée complètement, le mur de glace s’érige et vous avez réussi à saboter la bouée de sauvetage de votre relation.

Restez doux et attentionné dans votre ton de voix et donnez-lui la possibilité de s’exprimer librement.

 

  • Étape 3 : Soyez vulnérable et partagez vos sentiments.Quand c’est à votre tour d’exprimer ce que vous pensez de la situation, soyez sincère. Creusez profondément et faites savoir à votre partenaire que ce mur de silence vous fait vous sentir seul.

Le pire, c’est que cela vous a peut-être dérangé au début, mais maintenant vous vous y êtes habitué. Ça ne semble plus si mal… Ne vous laissez pas tromper par son apparence tranquille ! Si vous ne rompez pas le silence, cela finira par rompre votre relation. Comment prévenir la fin silencieuse de votre relation ?

Pourquoi le silence est si puissant

Il a souvent un pouvoir plus grand que les mots, notamment lorsqu’il s’agit de choses indicibles. Le silence est multiple : il peut signifier la paix, la tranquillité, le bonheur, la peur comme l’ennui. Certains redoutent les silences qu’ils trouvent inconfortables, parfois même paralysants.

Il est parfois vécu comme un vide angoissant, comme un non-être. Pour d’autres, le silence est art, une richesse attendue. Il est au coeur du bonheur que l’on recherche tant. En réalité, le silence peut se révéler très puissant.

Faire silence, c’est se rendre disponible pour les paroles des hommes et des femmes qui peuvent nous transmettre un savoir. Le silence est la condition de l’apprentissage. C’est l’état d’esprit qui réalise ses faiblesses, ses insuffisances, qui a soif d’apprentissage. C’est en bref faire preuve d’humilité. Celui ou celle qui veut s’instruire doit avant tout se taire, écouter et observer.

Il y a tant que choses que nous ne pouvons réaliser que dans la solitude et le silence : lire, méditer, penser… Le silence est aussi le respect de la parole. Il est permet le son. Le silence rend la vie tellement plus riche.      4. LE SILENCE REND STUPIDE L’ADVERSAIRE. 

Il bénéficie d’une force et d’une particularité : c’est dans le silence qu’émerge la véritable réflexion, c’est dans le silence que l’on se ressource, que l’on se recentre sur soi-même. Le silence est aussi une arme redoutable. Il est une clé du charisme : s’il est important de savoir parler, il l’est encore plus de savoir se taire.      1.

Tout ce qui était enfoui, dissimulé sous les bruits de fond, semble rejaillir : colère, tristesse, frustration, douleur… Le silence peut nous renvoyer à nos peurs les plus ancrées : peur de l’abandon, de la solitude… Ce face-à-face avec le silence qui peut être parfois inconfortable est pourtant nécessaire pour suivre notre évolution. Le silence est une condition essentielle pour trouver la paix intérieure.

Vous aimeriez aussi

Notre site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accept Lire