Home » Comment savoir si on a une maladie neurologique ?

Comment savoir si on a une maladie neurologique ?

by Judith Ferrier
Comment savoir si on a une maladie neurologique

Un trouble neurologique est souvent difficile à diagnostiquer, surtout parce qu’il touche le cerveau, les nerfs ou la moelle épinière. Cependant, il y a quelques symptômes qui ne trompent pas et qui permettent de savoir si vous avez un problème neurologique.

On ressent de la douleur

La douleur est l’un des symptômes les plus alarmants d’un probleme neurologique.

Qu’est-ce qu’une maladie neurologique ? Définition

Différentes fonctionnalités de notre organisme sont gérés par le système nerveux. Ce dernier agit sur la veille, le sommeil, les fonctions intellectuelles, le langage ou encore les perceptions sensorielles.

Quels sont les symptômes d’une maladie neurologique ? Les maladies neurologiques sont nombreuses, et leurs facteurs de risque augmentent avec l’âge. La plupart de ces affections requièrent un accompagnement multidisciplinaire. Comment reconnaître une maladie neurologique ? En quoi consiste la prise en charge ? Qu’est-ce qu’une maladie neurologique ?
A côté de ces urgences neurologiques, de nombreux symptômes doivent faire penser à une maladie neurologique.Troubles de la motricité, de la sensibilité, de la vision ou des capacités cognitives – principaux symptômes neurologiques – justifient la prise d’un rendez-vous avec un neurologue Les troubles moteurs qui concernent le mouvement – trop ou pas assez – sont un motif fréquent de consultation.
Bref, les symptômes des troubles neurologiques sont très nombreux, et ils ne sont pas à négliger. Que vous présentiez un symptôme simple ou grave, il vaut mieux consulter un médecin. C’est judicieux pour éviter d’arriver à un stade très grave. Continue Reading
Les maladies neurologiques sont plus fréquentes chez les seniors, en raison de la multiplication des facteurs de risque. Cela dit, elles peuvent aussi toucher des patients jeunes ou d’âge moyen. Comment savoir si j’ai une maladie neurologique ?

Les symptômes des maladies neurologiques sont potentiellement nombreux, et dépendent du type de pathologie.

On parle de maladie neurologique pour désigner toute affection touchant le système nerveux central (c’est-à-dire le cerveau et/ou la moelle épinière) ou périphérique. Le système nerveux intervient dans tous les mouvements et fonctions de l’organisme ; ses perturbations peuvent donc avoir d’importantes répercussions sur la santé des personnes atteintes.

Comment savoir si mon cerveau est en bonne santé

Une auto-analyse simple permet de déterminer si notre cerveau est sain ou non, selon une étude. Se sentir plus jeune que son âge réel peut être révélateur de la santé globale de votre cerveau, révèle une nouvelle étude, publiée dans la revue Frontiers in Ageing Neuroscience.

Le test de Folstein permet de vérifier que votre cerveau est toujours en forme. Il est très utile, car il arrive, quand on atteint un certain âge, que l’on ait des trous de mémoire ou des troubles de l’attention. Immédiatement on va se dire : « Ah la la je vieillis, ça sent Alzheimer ! ».

A LIRE  Les Anciens de PN : Comment Trouver Résilience et Partage dans une Communauté Essentielle ?

« L’âge, c’est dans la tête ». Cette phrase, nous l’avons tous déjà entendue, sans vraiment y prêter attention. Elle pourrait pourtant être véridique ! C’est en tout cas ce que laisse entendre une étude publiée dans la revue Frontiers in Ageing Neuroscience : se sentir jeune serait le signe d’un cerveau en bonne santé !

Ceux qui se sentent plus jeunes que leur âge et poursuivent un mode de vie physiquement et mentalement actif bénéficient généralement d’un cerveau plus sain.
Apprenez à connaître votre cerveau vieillissant

Votre cerveau vieillit et change, tout comme le reste de votre corps. Il arrive souvent que des aînés en santé remarquent que leurs capacités de réflexion changent. Ces changements sont différents pour chaque personne et peuvent évoluer avec le temps. L’expérience de vie apporte des perspectives et des connaissances, ce qu’on appelle souvent la « sagesse ».

Quand aller voir un neurologue

Le neurologue est le médecin spécialiste en charge de toutes les pathologies d’ordre neurologique, c’est-à-dire celles touchant le cerveau, les nerfs périphériques et le système nerveux central (la moelle épinière par exemple). Vous pouvez être amené à le rencontrer à l’hôpital (aux urgences, en hospitalisation ou en consultation) ou encore en ville pour des consultations ponctuelles ou un suivi au plus long cours.

Le neurologue est un médecin spécialiste de toutes les pathologies touchant le système nerveux, en particulier les maladies atteignant le système nerveux central que ce soit au niveau du cerveau ou de la moelle épinière. La neurologie est une spécialité médicale reconnue par l’Ordre des médecins qui consiste à soigner les maladies du système nerveux central et périphérique.

Le neurologue est le médecin spécialiste des maladies du système nerveux. Que soigne-t-il exactement ? Quand le consulter ? Comment se déroule une consultation ? Et combien ça coûte ?

Le point dans notre article. Neurologue : où exerce-t-il ? Premier contact via votre médecin traitant

Le plus souvent, votre médecin généraliste est celui qui vous adresse à un neurologue afin d’avoir un avis plus complet sur une question. Ce dernier rédigera alors un courrier, détaillant vos symptômes, vos traitements et vos antécédents médicaux ou chirurgicaux.

Le neurologue est le spécialiste à même de diagnostiquer et prendre en charge l’épilepsie, la SEP (sclérose en plaques), la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, la neuropathie diabétique, ou toute autre atteinte nerveuse. Votre médecin traitant pourra vous adresser à un neurologue dans le cadre de migraines chroniques, en cas d’échec des traitements classiques.

A LIRE  Comment exprimer toutes mes condoléances à toi et à ta famille : Un guide pour offrir un hommage à la vie et trouver le soutien dans la peine

Un neurologue est recommandé en cas de maladies organiques du cerveau, de la moelle épinière, du système nerveux et des muscles.

Quels sont les premiers symptômes d’une tumeur au cerveau

Classiquement on peut dire que les maux de tête, les troubles visuels (anomalies du champ visuel, vision double), des troubles de la mémoire ou des difficultés à se concentrer… peuvent être précurseurs d’une tumeur au cerveau. Mais il n’y a aucun symptôme spécifique.
Ces symptômes de la tumeur au cerveau peuvent être des maux de tête intenses et fréquents, des nausées et des vomissements persistants plusieurs jours. LES TRAITEMENTS DES TUMEURS CÉRÉBRALES

Comme pour les autres cancers, les tumeurs cérébrales peuvent être traitées par chirurgie, par radiothérapie ou par chimiothérapie.

Trois types de symptômes sont possibles :

  • Des maux de tête (céphalées), liés à une augmentation de la pression à l’intérieur du crâne ;
  • Des crises d’épilepsie, liées à un dérèglement de l’activité des neurones ;
  • Des troubles fonctionnels, directement liés à la localisation de la tumeur et aux fonctions gérées dans cette zone du cerveau.

Selon le type et la vitesse d’évolution de la tumeur du cerveau, l’apparition de symptômes peut être soudaine ou progressive. Certaines tumeurs à progression lente ne provoquent aucun symptôme pendant plusieurs mois.

Quels sont les symptômes des tumeurs du cerveau ?
Et quels en sont les symptômes ?

Une tumeur au cerveau est donc une masse qui se développe à l’intérieur du crâne et prend naissance dans les cellules qui constituent le cerveau, provoquant un dérèglement. Et c’est ce dérèglement justement, qui va se traduire sous forme de symptômes – qui vont évoluer selon la taille, la localisation etc… (cf paragraphe ci-dessus), vous avez compris ?

les maux de tête apparaissent plutôt le matin au réveil et s’accompagnent souvent de nausées, voire de vomissements. Ils sont provoqués par une augmentation de la pression à l’intérieur du crâne → les crises d’épilepsie peuvent aussi être un signe d’appel d’une tumeur au cerveau (chez la femme mais aussi chez l’homme).
Par exemple, une tumeur qui se développe dans la zone du cerveau chargée de l’analyse des informations visuelles entraîne des troubles de la vision.

Est-ce qu’une tumeur au cerveau se voit sur une prise de sang

Ces crises sont plus fréquentes lorsque la tumeur se développe à la surface du cerveau.
Classiquement on peut dire que les maux de tête, les troubles visuels (anomalies du champ visuel, vision double), des troubles de la mémoire ou des difficultés à se concentrer… peuvent être précurseurs d’une tumeur au cerveau. Mais il n’y a aucun symptôme spécifique.
Ils dépendent du volume de la tumeur, de la vitesse à laquelle elle se développe et surtout de son emplacement.

A LIRE  Comment devient-on pervers narcissique et comment s'en protéger efficacement ?

Ces symptômes ne sont pas spécifiques des tumeurs cérébrales. Ils peuvent avoir d’autres causes.

La crise est parfois accompagnée d’une perte de mémoire immédiate (la personne ne se souvient pas d’avoir fait une crise). Les troubles fonctionnels liés aux tumeurs du cerveau

Lorsqu’une tumeur perturbe le fonctionnement d’une région du cerveau, les troubles qui apparaissent varient selon les fonctions contrôlées par la zone touchée.

Quand s’inquiéter pour son cerveau

Il peut en effet s’agir d’un début d’Alzheimer qui demande un avis médical. En revanche, le fait même de s’inquiéter pour sa mémoire est plutôt un point positif. «Les personnes qui manifestent des troubles significatifs de la mémoire, comme c’est le cas lors d’un début d’Alzheimer, ne s’en rendent pas compte.

Les réponses avec le Dr Carole Sereni, chef du service de neurologie à l’hôpital Léopold-Bellan (Paris) : « Quand on s’inquiète pour sa mémoire, c’est plutôt bon signe. Car souvent les personnes qui ont de vrais troubles de la mémoire, comme lors d’un début d’Alzheimer, ne s’en rendent pas compte. C’est ce qu’on appelle l’anosognosie. Les patients ne se rendent pas compte qu’ils sont malades.

Vous ne vous souvenez peut-être pas des choses aussi rapidement qu’avant, mais la plupart du temps, ce n’est pas une raison de s’inquiéter. Le déficit cognitif léger

Entre les troubles de la mémoire associés à l’âge et les troubles neurocognitifs se trouve le déficit cognitif léger (DCL).

Et c’est souvent l’entourage qui remarque les pertes de mémoire. Nous sommes plus inquiets lorsque le patient prétend que tout va bien alors que leur entourage pense le contraire. « Les signes qui peuvent alerter, c’est d’abord de ne plus savoir faire quelque chose. Ne plus savoir faire quelque chose est assez pathologique.

   

Quand faut-il s’inquiéter et consulter ?

Perte de notion du temps, changement d’humeur fréquent, oubli d’événements récents… Les signes d’un début de maladie d’Alzheimer peuvent revêtir plusieurs formes.

Vous aimeriez aussi

Notre site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accept Lire