Home » Qu’est-ce qui énerve un manipulateur ?

Qu’est-ce qui énerve un manipulateur ?

by Judith Ferrier

Dans ce que déteste un manipulateur, perdre le contrôle sur ses victimes est l’une de ses grandes hantises. La mégalomanie faisant partie intrinsèque de son tempérament. Cette perte équivaut pour lui à un effondrement de sa personnalité, ou à une forme d’anéantissement.

Quelles sont les phrases d’un manipulateur ?

Rien de ce que vous faites ne semble être suffisant.

4. « C’est bien ce que tu as fait avec le potage, mais tu aurais pu penser à planter un rosier ».

Le manipulateur a beaucoup de difficulté à offrir des compliments sincères à une autre personne. La plupart du temps, il le fera lorsqu’il se sentira en position de supériorité.

5. « Tu déformes mes propos, je n’ai jamais dit ça ».

Le manipulateur a tendance à détourner ou à nier ses propres paroles. Il lui arrive de ne pas assumer une promesse ou une parole dite auparavant, surtout si celles-ci sont à son avantage.

6. « Je me suis toujours demandé pourquoi tu te tenais avec cette fille-là ».

Le manipulateur a une devise : diviser pour mieux régner. Les rumeurs, il les collectionne. Le pire là-dedans, c’es qu’il se fera un plaisir de vous les transmettre, en sachant très bien que celles-ci peuvent vous blesser.

7. « Ris un peu, ce sont simplement des blagues ».

Le manipulateur peut vous rabaisser ou vous humilier sous le couvert d’une blague.

Est-ce que le manipulateur aime ?

Il ou elle est plus intelligent.e, plus beau/belle, plus méritant.e, plus cultivé.e … D’ailleurs, le manipulateur narcissique en couple ne se gêne pas pour se vanter de ce qu’il considère comme des exploits, surtout dans les débuts de la relation où il cherche à vous impressionner. Il se fait passer pour quelqu’un qui maîtrise beaucoup de choses. La moindre critique émise envers lui est vécue comme une attaque, une agression personnelle qui le met en colère assez rapidement. Des colères qui peuvent parfois être impressionnantes par leur froideur ou leur éclat. Pour vous prémunir de la peur que le pervers narcissique déclenche chez ses victimes, le temps est venu de le détruire, psychologiquement parlant. À lire aussi : 6 techniques pour détruire un pervers narcissique et ne plus en avoir peur

Signe numéro 5 : Il estime être le seul à vouloir réellement votre bonheur

Quand il a l’occasion de vous faire part de ses ressentis vis-à-vis de votre entourage, ce n’est jamais en la faveur de vos proches. Il a tendance à critiquer vos amis, vos collègues de travail ou encore les membres de votre famille. Souvent, il cherche, en vous exposant ses analyses relationnelles, à vous faire croire que les agissements de vos proches sont néfastes pour vous, que vous méritez mieux qu’eux, que vous ne devriez peut-être même plus avoir contact avec eux. Pour peu que vous veniez de vivre une situation difficile avec l’un de vos proches et que vous vous confiez à votre partenaire manipulateur narcissique, alors c’est la porte ouverte aux manipulations mentales. Selon lui, il est le seul en qui vous pouvez avoir confiance et dont le jugement est la clé de toute vérité, la preuve en est : votre amour l’un pour l’autre.

Comment se comporte un manipulateur quand il a été démasqué ?

Comment réagit un PN lorsqu’il est démasqué ?

Négation de la réalité et tentative pour manipuler à nouveau les faits : voici comment réagit un PN lorsqu’il est démasqué.

Surprise et victimisation

Compte tenu du sentiment de supériorité qui habite les manipulateurs vis-à-vis de leurs victimes, il leur est difficile de croire qu’ils sont découverts. Cela ne cadre pas avec leur vision des choses et provoque en eux une surprise et une panique intérieure. Mais ils ne vont pas le montrer, car ils restent dans la stratégie. Fidèles au sentiment d’impunité qui les anime, c’est avec l’identification projective qu’ils jouent, encore et toujours. Ils retournent donc tout contre leurs victimes, car ils refusent d’abdiquer leur toute-puissance et se réfugient dans la persécution.

Mensonges et trahison

Le PN lorsqu’il est démasqué tente donc toujours de ramener sa proie sous emprise, même s’il ne réussit pas toujours ce tour de force. Lorsqu’il échoue, c’est tout « l’empire narcissique » qu’il avait bâti sur cette proie qui s’effondre. Il ressent alors un cuisant sentiment d’échec qui le confronte à son impuissance. Comme il ne supporte pas l’humiliation, il se lance alors dans la capture d’une nouvelle proie, ou parfois de plusieurs, l’une de ses plus grandes hantises étant de se retrouver seul.

Quand le manipulateur fuit ?

C’est la raison pour laquelle vous tombez rapidement sous son charme. C’est un séducteur dans l’absolu ! S‘il monopolise l’attention en contexte social, donnant ainsi envie de le connaître, vous aurez d’abord l’impression de vivre quelque chose de rare et précieux dans l’intimité, mais aussi d’être reboostée au niveau de votre ego. La séduction n’est pas réservée au manipulateur en amour, il l’utilise dans toutes les circonstances possibles, même au travail ! Il vous attachera à lui en vous donnant l’impression que vous vivez une histoire hors du commun, où vous êtes enfin reconnue à votre juste valeur par une personne que vous admirez en retour. À lire aussi : Guérir un pervers narcissique : 6 raisons que c’est impossible

Signe n°3 : Vous ne connaissez pas réellement ses intentions

Être victime d’un pervers narcissique se reconnaît aussi par le flou que ce dernier laisse planer sur ses intentions avec vous. Pourtant, le pervers narcissique est un expert du langage et de la rhétorique dont il sait se montrer clair quand il veut. C’est d’ailleurs un outil fondamental de sa perversion qu’il sait manier et grâce auquel il parvient à nuire et à exercer son emprise sur les autres. Le pervers narcissique est tout particulièrement spécialiste de la communication paradoxale : une forme de manipulation qu’il utilise pour déstabiliser l’autre et, à terme, l’empêcher de penser rationnellement. Dans les faits, cela constitue le début du processus de prise de pouvoir du pervers sur sa victime, le moment où l’inconfort s’installe dans la relation. Il vous dira une chose et vous sentirez, à son attitude, qu’il pense le contraire. Il aura tendance à agir de manière contradictoire par rapport à la façon dont il se décrit, et/ou par rapport à son attitude en contexte social. Il maniera aisément l’ironie et la mauvaise foi, de manière à ce que ses interlocuteurs ne parviennent pas à démêler le vrai du faux, à connaître le fond de sa pensée. Il vous brouille l’esprit volontairement pour éviter d’être démasqué tout en vous rendant accro à son avis. Plus il restera dans le flou avec vous, que ce soit sur ses intentions ou ses demandes et plus vous chercherez à savoir ce qu’il en pense, quitte à ce que cela occupe toutes vos pensées.

A LIRE  Quand j'appelle quelqu'un qui m'a bloqué ?

Signe n°4 : Vous vous sentez isolé et dépendant de lui

L’objectif du pervers narcissique est de rendre l’autre entièrement à sa merci. Or qui est plus malléable qu’une personne coupée de tous ses liens sociaux ? Le prédateur va agir à ce niveau, en isolant sa victime par divers moyens. Cela peut être la dévalorisation des proches et des amis, qui d’après lui ne seraient pas dignes de vous, ou qui ne vous comprennent pas comme lui seul en est capable. Le pervers narcissique est très doué pour détecter les failles chez ses victimes, et leurs petits (ou plus gros) défauts.

Quel est le profil d’un manipulateur ?

Cette liste s’applique autant aux femmes qu’aux hommes.Lisez-les en pensant à la personne que vous soupçonnez.Si vous obtenez au moins 14 critères sur 30, la personne à laquelle vous pensez est une manipulatrice. Sachez que la plupart ont plus de 20 points sur 30. Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle.

  1. La personne reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes.
  2. La personne ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions.
  3. La personne répond très souvent de façon floue.
  4. La personne change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.
  5. La personne invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.
  6. La personne fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.
  7. La personne met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.
  8. La personne fait faire ses messages par autrui.
  9. La personne sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner.
  10. La personne sait se placer en victime pour qu’on le plaigne.
  11. La personne ignore les demandes même s’il dit s’en occuper.
  12. La personne utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins.
  13. La personne menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert.
  14. La personne change carrément de sujet au cours d’une conversation.
  15. La personne évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.
  16. La personne mise sur l’ignorance des autres et fait croire en sa supériorité.
  17. La personne ment.
  18. La personne prêche le faux pour savoir le vrai.
  19. La personne est égocentrique.
  20. La personne peut être jaloux.
  21. La personne ne supporte pas la critique et nie les évidences.
  22. La personne ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.
  23. La personne utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui.
  24. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé.
  25. La personne flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous.
  26. La personne produit un sentiment de malaise ou de non-liberté.
  27. La personne est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.
  28. La personne nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas fait de notre propre gré.
  29. La personne nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre gré.
  30. La personne est constamment l’objet de discussions entre les gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.

Comment réagit un manipulateur quand on le quitte ?

Dans tous les cas, il est important de respecter soi-même et ses propres limites et, si un manipulateur ne les respecte pas, alors il peut être judicieux de prendre ses distances pour préserver sa santé physique et émotionnelle.

La réaction du manipulateur quand on le quitte est une réaction typique qui peut être tout à fait dévastatrice pour la personne qui les quitte. Les manipulateurs auront souvent tendance à reconnaître leurs propres sentiments de perte de contrôle et essaieront de les transmettre aux autres par des moyens subtils ou ouverts. Ces tactiques sont souvent faites pour manipuler les sentiments et les comportements des autres à leur avantage, et peuvent provoquer des réactions négatives à l’égard de la personne qui quitte la situation. Les manipulateurs peuvent souvent être imprévisible et fonctionner avec une variété d’émotions, qui peuvent parfois sembler irrationnelles. Dans tous les cas, la décision de quitter est souvent plus difficile à accepter que d’affronter la situation. Cependant, prendre cette décision peut permettre à une personne de s’ouvrir à de nouvelles possibilités et à de meilleures relations à l’avenir.

Quand le narcissique vous quitte ?

Quand le manipulateur part définitivement : premier cas

Quand le manipulateur part définitivement, c’est, le plus souvent, lorsque sa proie n’est plus suffisamment docile et qu’elle ne devient plus manipulable. Cela se produit quand elle sort de l’emprise et commence à ouvrir les yeux sur la vraie nature de ce compagnon. Le manipulateur s’en va alors, mais pourquoi ?

Parce que perdre une emprise pour lui est un traumatisme qu’il faut assimiler à une fin de règne. Sa proie n’a plus peur, elle devient capable de lui dire « non », ne se laisse plus harceler, ni même culpabiliser : elle ne le rassure plus. Pire : elle l’inquiète. Elle lui montre, en un sens, qu’il n’est plus celui qu’il croit, le plus beau, le plus grand, le plus fort ! C’est une expérience pour lui hautement anxiogène, voir même terrifiante, et qui explique qu’il va « lever le siège ». Il fuit donc mais part en quête d’une solution de rechange, soit d’une nouvelle proie qui va lui permettre de survivre. Il lui faut, en effet, vite récupérer une emprise lui permettant de se sentir vivant à nouveau pour se sentir puissant. Toute victime n’a pour lui qu’une simple valeur utilitaire et est, à ce titre, complètement interchangeable (même s’il existe des proies plus « valorisantes » que d’autres).

A LIRE  Pourquoi les hommes se mettent en couple après une rupture ?

Comment finissent les manipulateurs ?

Comment finissent les manipulateurs : bref aperçu

Pour comprendre comment finissent les manipulateurs, il est intéressant de se pencher un peu sur le parcours de ce type de personnalité. Deux choses fondamentales méritent d’être soulignées : la première est que la personnalité perverse n’aime pas vieillir. La seconde, est que ce trouble du comportement ne fait que s’aggraver avec le temps.

Un manipulateur déteste bien sûr vieillir, car il déteste tout ce qui écorne la façade brillante de son narcissisme. La jeunesse et la beauté font partie de ces attributs qui lui facilitent l’usage de cette arme redoutable qu’est la séduction. Vieillir va donc signifier pour lui perdre de l’emprise et de son pouvoir sur les autres. Comme ce pouvoir est lié au corps, précieux miroir de son narcissisme, certains peuvent s’ingénier à nier ce déclin en recourant à tous les subterfuges esthétiques possibles : soins corporels, chirurgie, culture physique… Cet attachement excessif à leur apparence, qui malgré tous leurs efforts se délite, peut progressivement contribuer à faire tomber leur masque.

Plus profondément, il faut comprendre que la jeunesse, avec l’énergie qu’elle procure, signe souvent les meilleures années d’une personnalité perverse.

La vie à ce moment-là lui sourit : les sollicitations sont nombreuses, donc les proies faciles à cueillir.

Quand le manipulateur devient gentil ?

La bonne nouvelle ? Les psychologues ont élaboré des techniques de contre-manipulation pour court-circuiter les stratagèmes du manipulateur.1. Cesser de pardonner les agissements du manipulateur en se disant qu’il est simplement fatigué, stressé, impatient Rien n’excuse le manque de respect.2.

Développer la répartie. Les manipulateurs excellent dans l’art de déstabiliser. La victime doit riposter du tact au tact.3. Éviter de donner des détails, Les manipulateurs carburent aux informations, car elles leur donnent ensuite des munitions. C’est également pour cette raison qu’ils posent beaucoup de questions.

  1. Ils vont à la pêche ! 4.
  2. Oublier les justifications.
  3. Toute argumentation rationnelle est inutile avec un manipulateur.
  4. Il faut clore la discussion au plus vite.
  5. Il traite sa victime de paresseuse ? Au lieu de lui prouver qu’il a tort en listant les 292 gentillesses qui lui ont été accordées, il suffit de lui clouer le bec avec une réplique sans appel : « C’est ton opinion », ou « Je ne suis pas d’accord, mais tu penses bien ce que tu veux » ou encore plus déconcertant un « Peut-être » bien indifférent.

Dans les dents ! 5. Faire preuve d’humour. La dédramatisation, la caricature et surtout le sarcasme peuvent lui couper l’herbe sous le pied.

  1. Au secours, on me joue dans le cerveau!
  2. Selon Stéphanie Léonard, la première chose dont la victime prend conscience, c’est le cocktail d’émotions désagréables que lui cause le manipulateur – colère, confusion, déception, doute, tristesse, culpabilité Elle a toujours l’impression de devoir marcher sur des oeufs pour ne pas déplaire.

Au fil des mois, son estime personnelle s’effrite. Elle en vient à douter d’elle-même et finit même par donner raison au manipulateur. Et si elle était véritablement égoïste, paresseuse, ingrate ? «Pour éviter de revivre ces émotions négatives, la victime préfère acheter la paix, conclut la Dre Léonard.

Elle perd son identité, sa valeur, son jugement et s’en remet à l’autre pour ses décisions et ses opinions. Prise dans la toile de l’araignée.» Attention danger La manipulation a parfois de graves conséquences. La violence, qu’elle soit verbale ou physique, prend racine dans ce genre de comportement destructeur.

Même chose pour l’intimidation. Persuasion ou manipulation? Un téléthon qui fait défiler des images touchantes pour nous convaincre de donner. Une publicité qui fait saliver avec ses gros plans de burgers bien juteux. Une vendeuse qui assure que cette robe un peu moche est la future tendance.

Quand un manipulateur dit je t’aime ?

Lettre du pervers narcissique – « Cher partenaire, J’aime les choses que tu fais pour moi. J’aime le pouvoir que tu me donnes quand je profite de ta gentillesse en exploitant tes bonnes intentions. Te faire te sentir mal me fait me sentir mieux. J’aime te faire sentir petite et insignifiante.

Comment faire culpabiliser un manipulateur ?

Technique 3: «c’est ton opinion!»

Une technique délicieuse: rappelez gentiment à votre interlocuteur que ses déclarations (dénigrantes) et ses «vérités» ne sont que des… opinions! Par exemple, le manipulateur estime que l’emploi pour lequel vous postulez n’est pas fait pour vous? Répondez-lui, sur un ton indifférent: «C’est ton opinion…». Et s’il vous traite d’égoïste? Vous pourriez lui répondre «Tu as le droit de le penser…». Avec des réponses de type «c’est ton opinion», le manipulateur sera déstabilisé.

Technique 4 : s’appuyer sur des principes, proverbes et phrases toutes faites!

Une autre façon de répliquer sans agressivité: miser sur des proverbes, des principes et des phrases toutes faites. Je vous donne cinq exemples concrets pour illustrer le tout.

1) Le manipulateur jette un coup d’œil à votre travail (ex.: un rapport, une recette) et vous dit: «Ah… Moi, je n’aurais pas fait ça de cette façon…». Vous pourriez lui rappeler un principe général tel que : «Il n’y a pas une seule façon de faire les choses» ou encore «À chacun son style!».

2) Vous vous offrez un second voyage dans la même année. Votre collègue envieux vous fait un commentaire du style: «Un autre voyage! Il y a en qui ne se refusent rien!». Vous pourriez lui servir cette succulente phrase toute faite: «Le bonheur, c’est comme du sucre à la crème: quand on en veut, on s’en fait!»

3) Si on vous reproche d’être égoïste, libre à vous de rappeler ce principe: «Il y a une différence entre égoïsme et respect de soi et de ses besoins!».

4) Vous annoncez un nouveau projet à un ami ou collègue manipulateur. Subtilement dénigrant, il s’empresse alors de semer un doute dans votre esprit: « Ouin… Es-tu sûr que ça va marcher, ton affaire…?» N’argumentez pas!

Comment rabaisser un manipulateur ?

Ne me mets pas la pression

Les narcissiques ont tendance à être impulsifs, ils ne savent pas attendre et quand ils veulent quelque chose, ils continuent à faire pression sur l’autre jusqu’à ce qu’il cède. Ils sont très insistants, deviennent lourds. Ensuite, si vous ne voulez pas prendre une décision uniquement par pression et risquer de la regretter plus tard, vous devez être claire et directe.

A LIRE  Comment savoir si une relation va trop vite ?

Vous pouvez lui dire « Je n’aime pas me sentir obligé de prendre une décision hâtive », « Je ne me sens pas à l’aise et je ne veux pas aller aussi vite » ou « J’ai besoin de plus de temps pour réfléchir et décider quoi faire. »

5. Ne me compare pas

L’une des stratégies utilisées par un narcissique pour dominer quelqu’un est de faire des comparaisons constantes avec les autres, en mettant en évidence ce que cette personne n’a pas.

La comparaison constante est un moyen de rabaisser et d’humilier et quiconque le fait a pour objectif principal de nous laisser dans l’insécurité afin de nous manipuler.

Une façon d’empêcher le manipulateur narcissique de détruire votre estime de soi est de lui demander de ne vous comparer à personne. Vous pouvez dire : «Je comprends et respecte votre point de vue, mais je connais mes qualités, je sais qui je suis et je ne perdrai pas mon temps avec ce genre de comparaison. S’il te plaît, ne me compare plus.

6. Ne change pas de sujet

Cela peut être accablant quand quelqu’un change de sujet au milieu d’une conversation, mais quand l’autre fait cela pour ne pas assumer ses erreurs ou la responsabilité de ses actes, ce jeu est très cruel.

Les narcissiques sont habiles à renverser certaines situations pour donner l’impression que l’autre personne est à blâmer.

Comment se comporte un manipulateur quand il est démasqué ?

Il continuera de jouer les victimes, de manière à susciter un maximum d’empathie et trouver ainsi de nouveaux appuis pour préparer une vengeance. Il lui est vital de continuer à s’alimenter de la vitalité des autres.

Vengeance et préjudices

On ne peut jamais vraiment prévoir comment réagit un PN lorsqu’il est démasqué, ce qui suggère au départ, une certaine prudence. Certains manipulateurs peuvent être violents physiquement, d’autres non. Chez les premiers, les débordements sont à redouter, notamment s’ils perdent le contrôle de la situation. Néanmoins, la violence demeure avant tout psychologique chez un grand nombre de manipulateurs.

Quand ils se savent découverts, ils commencent par effacer les traces de leurs méfaits et vont immédiatement détruire les preuves pouvant les compromettre. Ils élaborent ensuite une vengeance pour détruire leur victime de toutes les façons possibles : affective, matérielle, morale, judicaire…

Stratèges hors pair, ils ont toujours un coup d’avance et savent passer sous les radars de la loi. Ils peuvent vider un compte joint dans un temps record de façon parfaitement légale, ou déplacer un enfant vers un pays où la législation leur permettra de ne jamais être inquiétés. Il faut user, donc, de multiples précautions lorsque l’on est confronté à un pervers dont l’on souhaite se libérer, car il ne relâche pas son emprise sans contrepartie.

La fuite

Certains contextes peuvent favoriser la fuite d’un manipulateur narcissique.

Comment blesser un narcissique ?

Comme nous l’avons dit plus haut, il souffre d’un vide narcissique, à l’instar de sa victime. Mais là où celle-ci tente de donner d’elle-même, pour être aimé, lui a besoin de se saisir de l’autre. Il doit le rabaisser, l’humilier et le détruire pour uniquement une chose : se rassurer. Au fond, cet être narcissique cultive un ego surdimensionné, car il ne s’aime pas. Il vit pour le pouvoir et son mal-être est sans doute d’ignorer toute joie authentique.Paul-Claude Racamier, l’auteur du concept de la perversion narcissique, a dit de lui : « Tuez-le, il s’en fout. Humiliez-le, il en crève ».

Ce qui signifie que déstabiliser un pervers narcissique en exposant ses tares et sa faille narcissique au grand jour peut le mener à la folie.

Il ne faut, au demeurant, jamais attaquer un pervers narcissique de front, surtout dans le contexte de la vie de couple, où cela peut s’avérer destructeur. Les cas ne sont pas rares où la violence psychologique finit par glisser vers la violence physique. Si une dispute intervient en public, un homme ou une femme manipulatrice sait aussi instinctivement retourner la situation. Il ou elle jubilera de guerroyer verbalement contre l’autre. Il ou elle sait manipuler l’auditoire, ment sans vergogne, et est incapable d’éprouver la moindre empathie.

Ce qui ne signifie pas, pour autant, qu’il ne faille jamais s’opposer aux personnalités toxiques.

Certains types de situations méritent qu’on leur oppose des limites. Lorsqu’ils sont en faute de façon indubitable et que des éléments concrets le prouvent : les manipulateurs détestent la confrontation avec la réalité. Ils lui préfèrent souvent le petit monde sécurisant de leur parano.Les femmes ont aussi clairement intérêt à exprimer des refus sur le terrain de la sexualité et des pratiques « limites » que les manipulateurs leur proposent.

Pourquoi le manipulateur fait du mal ?

Sa toute-puissance narcissique l’empêche de reconnaître l’existence de l’autre. Il passe son temps à nier sa proie par ses comportements de violence psychologique, verbale, sexuelle, physique ou économique.

Ce déni de l’autre est une façon de se venger d’une négation de son existence, de ses émotions, de ses besoins, de sa pensée propre par un parent dans son enfance.

Vide, il a besoin de vampiriser sa proie en la faisant souffrir. Il se remplit de l’énergie que dégage sa victime en souffrance, exprimant ses émotions et ses besoins dans l’espoir d’être entendue, écoutée, mais en vain.

Il se venge ainsi du mal qu’on lui a fait subir.

C. Pourquoi le pervers narcissique a-t-il cette compulsion à faire du mal à l’autre ?

Cette vengeance est aussi une façon subtile de nier sa peur et son insécurité fondamentale. Son style d’attachement est insécure désorganisé. Mais, il est inconscient de cette douleur, de ces angoisses profondes.

Il redoute inconsciemment la violence de l’autre et l’anticipe en agressant violemment sa proie.

Cette insécurité le pousse à s’enfermer dans sa forteresse intérieure et à ne laisser personne accéder à sa vulnérabilité, sa souffrance, sa douleur de petit enfant maltraité.

Il se présente ainsi en sauveur, protecteur, prince charmant pour empêcher l’autre d’accéder à ce petit enfant profondément blessé qu’il cache en lui.

 

Vous aimeriez aussi

Notre site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accept Lire