Home » Claude-Nicolas Veil Cause Décès?

Claude-Nicolas Veil Cause Décès?

by Marine Lamiaux

Il a deux frères : Jean Veil qui est avocat, et Claude-Nicolas Veil, médecin et décédé en 2002 d’une crise cardiaque à l’âge de 54 ans.

Qui est Milou pour Simone Veil ?

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Madeleine Jacob, dite « Milou », née en 1923 et morte en 1952, est une rescapée du camp de concentration d’Auschwitz où elle fut internée avec sa mère Yvonne et sa sœur Simone (future Simone Veil). Elle est l’aînée de la fratrie Jacob qui seront tous déportés. Elle devient Madeleine Jampolsky en 1949 à la suite de son mariage avec Pierre Jampolsky.

Madeleine Jacob surnommée « Milou »[1] est née à Paris en 1923.

En 1924, ses parents, André et Yvonne Jacob, quittent Paris pour Nice avec Madeleine et sa sœur Denise née la même année[2].

En 1925 naît leur frère Jean et en 1927, Yvonne Jacob accouche de Simone, la benjamine de la fratrie (qui deviendra Simone Veil à la suite de son mariage avec Antoine Veil en 1946)[3].

Le camp d’Auschwitz en 1945

Madeleine, Simone et leur mère sont déportées en avril 1944 au camp de concentration d’Auschwitz en Pologne où elles demeurent jusqu’en juillet où elles sont transférées à Bobrek, un sous-camp de travail du complexe d’Auschwitz ou les conditions sont légèrement moins difficiles[2].

Femmes juives mortes durant une marche de la mort en 1945

En janvier 1945, les nazis évacuent les camps d’Auschwitz devant l’avancée des Soviétiques. Les prisonniers sont déplacés à travers une marche de la mort vers l’Allemagne.

Comment sont mort la famille de Simone Veil ?

  • ↑ Jean-Luc Veyssy et Bernard Collignon, Femmes en politique dans le monde, Le Bord de l’eau, 2007, p. 214.
  • ↑ Maurice Szafran Simone Veil : Destin, Flammarion 1994, p. 137-138.
  • ↑ a b c d e f et g Claude Jacquemart et Jean-Baptiste Garat, « Simone Veil, survivante et immortelle », Le Figaro, mardi 1er / dimanche 2 juillet 2017, pages 4-5.
  • ↑ Anne Fulda, « Simone et Antoine, un couple fusionnel », Le Figaro,‎ samedi 30 / dimanche 1er juillet 2018, p. 28-29 (lire en ligne).
  • ↑ Veil 2009, p. 110.
  • ↑ Missika, Les inséparables, Seuil, page 195
  • ↑ François Couland, « Simone Veil : qui sont ses enfants ? », Téléstar.fr. 30 juin 2017. Il est mort d’une crise cardiaque à l’âge de 54 ans, le 13 août 2002.
  • ↑ [vidéo] Disours de Pierre François Veil Président du Comité Français pour Yad Vashem sur YouTube.
  • ↑ « Invité : Pierre-François Veil. 27 janvier 1945-27 janvier 2015. Commémoration de la découverte du camp d’Auschwitz », sur publisenat.fr, 27 janvier 2015.
  • ↑ « Simone Veil, ma grand-mère, mon modèle », sur elle.fr, 25 mars 2010.
  • ↑ « Simone Veil à propos de sa famille », ina.fr. 2 décembre 1997.
  • ↑ Jocelyne Sauvard, Simone Veil ou la force de conviction, Archipel, 2012, 373 p. (ISBN 978-2-8098-0682-3, présentation en ligne).
  • ↑ Marceline Loridan-Ivens, Ma vie balagan, Robert Laffont, p. 117.
  • ↑ « Simone Veil, cette rescapée d’un camp de concentration qui sauva les condamnés à mort algériens », sur La voix d’Algérie, 30 juin 2017.
  • ↑ Zeggagh Mohand Tahar, « Hommage d’un ancien prisonnier politique FLN à Madame Simone Veil »(Archive.org • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?), sur El Watan, 11 juillet 2017.
  • ↑ Yves Lemoine et Frédéric Nguyen, Le Livre noir du syndicat de la magistrature, Paris, Albin Michel, 1991, 175 p. (ISBN 2-226-05584-3), p. 36.
  • ↑ a b c d e et f Anne Chemin, « L’énergie d’une survivante », cahier du Monde no 22 540, dimanche 2 / lundi 3 juillet 2017, pages 1-4.
  • ↑ « Cbhg.org », sur cbhg.org, 21 juin 2011.
  • Une vie, Stock, 2007, page 327.
  • ↑ Veil 2009, p. 146.
  • ↑ « Il y a 40 ans, le discours historique de Simone Veil sur l’avortement », sur lefigaro.fr, 26 novembre 2014 (consulté le 26 juin 2016).
  • Qui est Milo dans le film Simone ?

    Simone Veil s’est éteinte le vendredi 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans. L’ex ministre et académicienne sera inhumée au Panthéon le 1er juillet 2018 avec son époux. Retour sur un épisode tragique, parmi d’autres, de la vie de cette grande dame. Une histoire intime, bouleversante…

    Elle l’appelait ‘Milou’. Elle se prénommait Madeleine. C’était la grande sœur de Simone Jacob, devenue Simone Veil. Ensemble, elles étaient rentrées vivantes d’Auschwitz-Birkenau, en mai 1945. Un enfer où elles avaient laissé mère, père et frère. Tous partis en cendres et en fumée. Seule, leur autre sœur Denise, résistante, devrait les rejoindre dans le Paris de l’après-guerre. Une France où il fallait se reconstruire et non pas regarder en arrière. Sous peine de sombrer.

    A LIRE  Comment savoir si mon ex a des regrets ?

    D’autant que les Français ne voulaient pas entendre les histoires insupportables des rescapés du nazisme. Simone, bachelière, étudiante en droit et en sciences politiques, bientôt mariée à Antoine Veil, future inspecteur des finances et chef d’entreprises, a le goût de la vie. Malgré la tragédie ineffaçable de la guerre. Une femme a joué un rôle dans cette résilience. C’est Madeleine qui, pour Simone, a fait office de seconde mère. C’est parce qu’elles étaient soudées qu’elles ont pu tenir dans un lieu de mort où elles aurait dû, logiquement, rester.

    Pourquoi Simone Veil a survécu ?

    Simone Veil revient de loin. Fille d’un architecte juif, elle a été arrêtée à Nice par la Gestapo le lendemain des épreuves de son bac, à 16 ans, en juin 1944. Elle vivait alors sous un faux nom, avec une fausse carte d’identité, chez un professeur, de peur qu’une rafle n’emporte toute sa famille. Ils seront tous arrêtés. Sa mère, sa sœur aînée Milou et elle sont déportées à Auschwitz où elle devient le chef de famille, celle qui les protège, qui améliore l’ordinaire, qui travaille. « Il faut être un peu dur pour s’en sortir dans les camps, elles ne l’étaient pas assez », racontera sobrement Simone Veil en 1977.

    Quel membre de sa famille alors qu’il n’avait que 12 ans s’est retrouvé déporté à Auschwitz ?

    Ils m’ont fait aussi participer à des combats de boxe avec d’autres déportés : évidemment, contre des plus grands que moi, ils étaient tous plus grands.

    Éternité.

    Je n’avais pas le droit à la moindre faiblesse. Il fallait se lever à 4 heures du matin, attendre des heures dans le froid. Je hurlais de froid, de faim, de solitude. Le temps était interminable. Auschwitz a été pour moi l’éternité. Aujourd’hui, je me demande ce qui me rattachait à la vie. Peut-être cette fumée qui sortait par les cheminées. L’odeur de chair brûlée me rappelait sans cesse ce qui m’attendait. Non, je ne passerai pas par là, je me répétais. Je pensais à l’après, je voulais avoir une belle vie, une très belle vie, après Auschwitz, ce n’est pas possible d’avoir une vie médiocre.

    J’étais un enfant par l’âge, mais je ne ­pouvais pas être enfant, je ne pouvais plus l’être. Je ne me considérais pas comme un enfant, je voulais devenir adulte, personne ne me prenait au sérieux, je voulais avoir mon mot à dire, j’aurais tellement voulu agir, être armé, avoir une armée. Je ne comprenais pas pourquoi le monde laissait faire de tels actes. N’avoir personne qui vous écoute, il n’y a pas pire souffrance. Mais je m’étais blindé. La douleur endurcit. La douleur vieillit. Parfois, je me croyais plus adulte et je prenais les adultes pour des enfants. J’aidais les déportés. J’avais plaisir à les aider. Quand ils étaient punis et qu’on les mettait à 50 centimètres des barbelés, je les reculais. On me ­demandait de les gifler pour qu’ils ­tombent contre les barbelés, mais je ­faisais semblant. Si je les giflais, ils pouvaient tomber et ils mouraient. Eux aussi, ils m’aidaient. Ils me soutenaient avec leurs regards. Quand ils me voyaient, ils perdaient leurs yeux égarés. J’étais un exemple pour eux. Si j’y arrivais avec mes 12 ans, alors eux aussi pouvaient y arriver. C’était pareil, plus tard, lors des marches de la mort. Je disais parfois : « Si je peux marcher, marchez ! »C’était facile à dire, bien sûr. Certains n’en pouvaient plus, ils ne pouvaient plus bouger et les Allemands venaient les ­achever.

    Un jour, à Auschwitz, j’ai réussi à avoir un petit kilo de sucre. C’était énorme, là-bas. Il ne m’a pas porté chance, ce sucre. D’habitude, je ne ­stockais rien, le frigidaire, c’était mon ventre, mais que faire avec ce kilo de sucre ? J’en ai mangé un tout petit peu, mais un jour, il y a eu des fouilles et un SS a trouvé le paquet sous mon châlit. « Qu’est-ce qu’il y a dans le sucre ? », m’a-t-il demandé. Je n’en savais rien. J’ai reçu vingt-cinq coups de bâton. Il a arrêté quand le bâton s’est cassé. Puis il a déchiré le paquet : il y avait une montre. Je ne l’avais même pas vue. J’ai mis plusieurs jours à m’en remettre.

    A LIRE  Comment surmonter le refoulement de ses sentiments amoureux : Causes, conséquences et solutions

    Comment Simone Veil a survécu à Auschwitz ?

    Lorsque Simone Veil évoque son expérience personnelle en 1995 sur le plateau du journal télévisé de France 2 à l’occasion du 50e anniversaire de la « libération » des camps, les Marches de la mort sont donc encore très mal connues. Arrêtée à Nice en mars 1944 avec sa famille, Simone Jacob est déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi n° 71 du 13 avril 1944. À son arrivée au camp, alors qu’elle n’a que 16 ans, un prisonnier parlant français lui conseille de se dire âgée de 18 ans pour passer la sélection et éviter l’extermination. Elle est mutée dans une annexe d’Auschwitz, le camp de Bobrek, où les détenus se livrent à des travaux forcés consistant à décharger des camions d’énormes blocs de pierre ou à creuser des tranchées. Elle est évacuée de Bobrek le 18 janvier 1945 alors que l’Armée rouge se rapproche des différents camps qui forment le complexe d’Auschwitz-Birkenau. Avec les autres prisonniers, elle est forcée à marcher à pied dans la neige et le froid pendant 70 kilomètres jusqu’à Gleiwitz avant d’être transférée en train jusqu’au camp de Dora puis jusqu’à Bergen-Belsen. Le voyage en train dure huit jours au cours desquels les prisonniers ne reçoivent ni eau (sauf la neige fondue au fond de leur gamelle) ni nourriture. Si Simone Jacob survit à cette marche, sa mère contracte le typhus et meurt en mars à Bergen-Belsen.

    Sur le plateau de France 2, Simone Veil est accompagnée du responsable syndical Henri Krasucki qui a lui aussi connu la déportation à Auschwitz et, en janvier 1945, la Marche de la mort des évacués d’Auschwitz vers Buchenwald.

    Où est le tatouage de Simone Veil ?

    19 verset 28 : « Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous n’imprimerez point de figures sur vous. Je suis l’Éternel. »

  • ↑ (en) Lale Sokolov. Obituaries. The Guardian. January 10, 2007.
  • ↑ (es) Amor leva o casal Lale e Gita a sobreviver nos campos de exterminio de Auschwitz-Birkenau. Jornal Opcao. 01/07/2018.
  • ↑ Le tatoueur d’Auschwitz. Heather Morris. 8 août 2018.
  • ↑ (en) IBM and Auschwitz.
  • ↑ « Réception de Mme Simone Veil », sur Académie française, 18 mars 2010.
  • Quels sont les prix que Simone Veil a reçu ?

    Lauréates du Prix Simone Veil 2023[5],[6]:

    Lauréates du prix Simone-Veil 2022[7],[8]:

    • Prix Simone-Veil : Yseult Williams, On l’appelait Maïco
    • Prix des Femmes de Lettres[9] : Justine Lévy, Son fils
    • Prix de la mairie du 8e : Patricia Bouchenot-Déchin, J’ai l’énergie d’une lionne dans un corps d’un oiseau

    Lauréates du prix Simone-Veil 2019[10],[11]:

    Lauréates du prix Simone-Veil 2018[12],[13]:

    • Prix Simone-Veil : Yan Lan, Chez les yan, une famille au cœur d’un siècle d’histoire chinoise
    • Prix Coup de cœur du jury 2018 : Séverine Auffret, Une histoire du féminisme
    • Prix de la mairie du 8e : Marion Van Renterghem, Angela Merkel, l’ovni politique

    Lauréates du prix Simone-Veil 2017[14],[15],[16] :

    • Prix Simone-2017 : Theresa Révay, La vie ne danse qu’un instant
    • Prix Simone-Veil, catégorie essai : Sabine Melchior-Bonnet, Les Grands Hommes et leur mère
    • Prix spécial du jury : Marie-Ève Lacasse, Peggy dans les phares
    • Prix de la mairie du 8e : Diane Ducret, Les Indésirables

    Lauréates du prix Simone-Veil 2016 :

    Lauréates du prix Simone-Veil 2015 :

    Lauréates du prix Simone-Veil 2014 :

    Lauréates du prix Simone-Veil 2013 :

    Lauréates du prix Simone-Veil 2012[22] :

    2012 2013 2014 2015 2016 2017

    2018

    2019

    2022

    2023

    La présélection des ouvrages est assurée par le comité littéraire de Cocktail et Culture. Les lauréates de l’année précédente se joignent au jury de l’année suivante.

    Pourquoi les prisonniers sont tatoués ?

    La présence de tatouages sur le corps des prisonniers permettrait donc de les situer socialement, révélerait leur appartenance à des classes caractérisées par la faiblesse de leurs revenus et la précarité de leurs situations.

    Pourquoi lire le tatoueur d’Auschwitz ?

    I make mention of history and memory waltzing together and straining to part, it must be accepted after 60 years this can happen but I am confident of Lali’s telling of his story, only he could tell it and others may have a different understanding of that time but that is their understanding, I have written Lali’s.”

    A LIRE  Qui est l'épouse de Victor Lanoux ?

    Certes il y a le temps, la perception et la mémoire de chacun.

    Certes Lale a toujours craint d’être considéré comme un collabo… d’où, dit-il, son long silence…

    Mais dans mes très nombreuses lectures sur Auschwitz, je n’ai jamais entendu qui que ce soit mentionnant pendant 3 ans la présence du même tatoueur. Jamais non plus cette figure « royale » célèbre dans le sinistre camp n’a été évoquée par les survivants. Jamais je n’ai entendu dire que la justice s’était intéressée à lui. Pas davantage les historiens… et étrangeté parmi les étrangetés… aucune trace, a priori, dans les archives d’Auschwitz-Birkenau…

    Alors prudence si vous avez pour projet de lire ce bouquin, cette « biographie ». le moins que vous puissiez avoir comme réflexe avant de vous immerger dans cette belle histoire d’amour au milieu de l’horreur, c’est d’avoir à l’esprit qu’elle mêle vérité et fiction au sein d’une Histoire qui, elle, a malheureusement bien existé.

    Pour finir je tiens à souligner le manque de profondeur de l’écriture, qui donne un effet survol du temps et de l’action, voire un manque de rigueur narrative… ; de scénario à livre, le fossé littéraire n’a pas été parfaitement comblé.

    Comment est morte la mère de Simone Veil ?

    En janvier 1945, elle a enduré, sous la neige, la « marche de la mort » avant de traverser la Pologne sur la plate-forme d’un wagon surpeuplé qui les a menés à Bergen-Belsen, en Allemagne, où sa mère est décédée du typhus.

    Quelle est la religion de la famille de Simone Veil ?

    , Simone Weil, le grand passage, Paris, Albin Michel, 2006.

  • François L’Yvonnet, Simone Weil, Porfolio, ADPF, Ministère des Affaires étrangères, Paris, 2000.
  • Ivo Malan (Thèse de doctorat parue aux États-Unis en 1956), L’Enracinement de Simone Weil : Essai d’interprétation, Paris, Didier, 1956
  • Jean-Marie Muller, Simone Weil : l’exigence de non-violence, Desclée de Brouwer, 1995.
  • Danielle Netter, Simone Weil : naissance d’une vocation, Paris, Riveneuve, 2015, 127 p.
  • (en) Thomas R. Nevin, Simone Weil : Portrait of a Self-exiled Jew, The University of North Carolina Press, 1991 (lire en ligne)
  • Joseph-Marie Perrin et Gustave Thibon, Simone Weil telle que nous l’avons connue, Paris, La Colombe, 1952.
  • Simone Pétrement, La Vie de Simone Weil, Paris, Fayard, 1973 (réimpr. 1997)
  • Eulalie Piccard, Simone Weil : Essai biographique et critique suivi d’une anthologie raisonnée des œuvres de Simone Weil, Paris, P.U.F., 1960 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Christiane Rancé, Simone Weil : Le Courage de l’Impossible, Paris, 2014, 256 p.
  • Fernando Rey Puente, Simone Weil et la Grèce, Paris, L’Harmattan, 2007, 248 p. (ISBN 978-2-296-04007-6, lire en ligne)
  • (it) Guia Risari, Il taccuino di Simone Weil, Palermo, Rueballu, 2014.
  • Philippe de Saint Robert, La Vision tragique de Simone Weil, Paris, Éditions François-Xavier de Guibert, 1999.
  • Bertrand Saint-Sernin, L’action politique selon Simone Weil, Paris, Le Cerf, 1988.
  • (de) Giorgia Sogos Wiquel, Simone Weil. Private Überlegungen, Bonn, Free Pen Verlag 2022, (ISBN 978-3-945177-95-2).
  • Martin Steffens, Prier 15 jours avec Simone Weil, Nouvelle cité, 2009.
  • Nadia Taïbi, Simone Weil et notre temps. Philosopher, penser, résister, Éditions M-Editer, 2019.
  • Nadia Taïbi, La philosophie au travail. L’expérience ouvrière de Simone Weil, collection Ouverture philosophique, L’Harmattan, 2009.
  • Jean-François Thomas, Simone Weil et Edith Stein : malheur et souffrance, préf. de Gustave Thibon, Namur, Culture et Vérité, 1992
  • Miklós Vető, La Métaphysique religieuse de Simone Weil, Paris, L’Harmattan, 2016 (réimpr. 1997, 2014), 3e éd. (1re éd. 1971), 204 p. (ISBN 978-2-343-03220-7, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Sylvie Weil, Chez les Weil : André et Simone, Libretto, 2013 (1re éd. 2009), 224 p.
  • Les Cahiers Simone Weil, revue trimestrielle publiée par l’Association pour l’étude de la pensée de Simone Weil
  • Pascal David, « Simone Weil, vivre pour la vérité », in Esprit & Vie, Paris, Éditions du Cerf, n° 195, juin 2008.
  • Alain Dreyfus, Simone Weil, l’incandescente, Marianne, 28 février 2014, et Simone Weil, celle qui a fasciné Jacques Julliard
  • Emmanuel Gabellieri et François L’Yvonnet (dir.), Cahier Simone Weil, Paris, L’Herne, 2014.
  • Emmanuel Gabellieri, « Simone Weil, la source grecque et le christianisme », Études, no 394,‎ mai 2001, p. 641-652 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Emmanuel Gabellieri, « Le donné et le mystère : Notes sur phénoménologie, métaphysique et révélation chez S. Weil », Archives de Philosophie, vol.
  •  

    Vous aimeriez aussi

    Notre site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accept Lire